Travaux de préparation de la peinture 2017

Par mer voici notre monture

Par mer voici notre monture
été 2013 gracieuseté Michel Sergerie

mardi 16 décembre 2014

Encore quelques degrés de récupéré sur le nord

Salut les Moyakophiles

Nous avons expérimenté la navigation pour de vrai sur l'ICW (IntraCoastal Waterway). La traversée des sounds géants (Albemarle et Pamlico) sont à vrai dire assez faciles, si le vent n'est pas trop violent et dans le bon sens.

À partir de Beaufort la section qui suit le littoral est d'une pratique beaucoup plus fine, exigeant une prévoyance et une vigilance de tous les instants.

Deux règles a retenir:

Pour un bateau d'un tirant d'eau de six pieds et plus, il vaut faire les passages délicats à marée haute ou montante. La deuxième règle, les passages délicats sont les endroits d'ensablements (shoals) qui se dévellopent toujours au point de rencontre entre de l'ICW et les voies d'eau qui font contact direct avec l'océan. C'est de là que provient le sable: par le flux et le reflux incessant des marées. Les inlets sont d'ailleurs à cet égard des zones critiques.

À part les inlets, les endroit dangereux sont assez bien connus et récurrents. En effet, les gens dont nous suivions l'évolution l'an dernier sur leur blog avait fait mention de lieux stratégiques ou précisément au moment de notre passage des voiliers se sont échoués. Nous avions noté ceux-ci et cela nous a été profitable croyez-moi.

Pour la portion d'Intercoastal que nous avons fait soit de Beaufort à Cape Fear Inlet les points précis a surveiller entre le miles 205 à 310, sont les bouées R60, G99A et G121. Nous avons aussi constaté que suivre la ligne magenta n'est pas toujours gage de sécurité. Avoir toujours l'oeil au sondeur.

Ma sélection de ''shack'' sur l'ICW
Ma sélection de chaloupe, ici un petit vaisseau de guerre restauré
Pour faire plaisir à un Capt. photographié son bateau lorsqu'il vous dépasse...
Fidèle compagnon de l'ICW


Nos aléas sur l'ICW nous ont mené au très charmant petit village de Southport situé non loin de l'inlet de Cap Fear. C'est un ''coup de cœur''. Cet ancien petit village de pêcheur a gardé ce cachet si particulier des havres de la côte Est américaine ou du moins de l'idée que je m'en fais. Les maisons ont été restaurées avec bon goût et respect des traditions matitimes. Il faut déambuler dans les petites rues derrière la rue bordant le havre pour sentir toute l'authencité de cet endroit. Nous étions en basse saison, ce qui très souvent est un révélateur de la nature véritable d'un lieu.

Le havre de Southport, Qu'hein dont, ètait là elle...
Moyak sèche ses ailes de ratine...
Belle véranda n'est-ce pas?

Il conserve même les ''ti-truck''

C'est de Southport que nous nous sommes lancés sur l'océan pour rejoindre Charleston. La température fut idéal, vent léger de l'ouest et soleil radieux. Nous avons fait presque tout le trajet à moteur, une ''ride'' de 125 MN. Nous avons mis 26 heures. Je me suis essayé brièvement à la pêche sans succès mais ça m'a permit de faire une bonne revue de mon équipement et de faire mon ''set-up'' de pêche. La prochaine fois je serai beaucoup plus menaçant et tenace.

Départ pour le large
Phare de l'inlet du fameux Cape Fear
Un bref essai de pêche pélagique
La route directe pour cette traversée nous fait passer à 20 MN au large. C'était la première fois que notre bateau perdaient la côte de vue. Tout ça pour dire que même à cette distance ça sentait l'effluve des grosses papetières de ce coin d'Amérique. Cette industrie ne semble pas avoir connu les mêmes difficultés que celles du Québec et ça se sent. J'ai pas de cliché pour l'odeur.

Arrivée,Ashley River Charleston

SkyBridge de Charleston. Pensez-vous que le pont Champlain aura cette belle allure?

Nous serons deux jours à Charleston pour se préparer pour la prochaine étape. Départ très tôt mercredi, direction Fernandina Beach par la mer. La météo est encore une fois favorable et on en profitera. Et ce sera enfin la Floride Yeh!

D'ici là bon magasinage de Noël à tous, on est pas jaloux du tout :o) OH1OH!OH!

Joyeuses Fêtes!

Lucie et Michel



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire