Travaux de préparation de la peinture 2017

Par mer voici notre monture

Par mer voici notre monture
été 2013 gracieuseté Michel Sergerie

lundi 2 mai 2016

Chronique sur notre retour et la fin de la saison 2016

Bonjour parents amis et supporteurs de l'odyssée du Moyak

Eh! Bien j'ai mis beaucoup de temps à pondre ce nouveau blog qui sera l'avant-dernier de l'année. Nous avons consacré toute notre énergie pour le retour sacrifiant au passage les élans littéraires.

Au dernier blog nous étions à Nassau dernière étape de ravitaillement avant notre remontée.
Notre première enjambée fut dans les Berrys à White Cay. Nous devions y faire la chasse aux langoustes ce que nous dûmes hélas écarter de nos plans. La météo était favorable pour une traversée non-stop des Bahamas vers la Floride. Nous sommes toujours en flottille pour cette étape avec les voiliers Pierre-Hélène et Gienah

Nous partons dès le lendemain matin pour une virée de 30 heures d'affilée. La première journée nous empruntons le New Providence Channel par une journée magnifique avec petit vent du sud-est. Cette navigation fut marquée par des accalmies de vent et du courant défavorable ce qui nous amena à ranger les voiles et changer nos plans. Nous voulions atteindre Fort Pierce, le retard nous oblige à changer de cap pour Lake Worth plus au sud. Le vent dans la nuit forcit, toujours du sud-est, nous filons grand train vent travers, un ris grande voile et génois déployé. Nous atteignons parfois 7.5 nœuds. Nous modérons l'allure en prenant un deuxième ris et enroulons le génois de moitié. Un bon 6 nœuds peinard nous amène au abord du Gulf Steam au petit matin de la deuxième journée. Il est autour de 9 heures lorsque le vent devient sud, sud-ouest. Nous faisons alors un allure de près bon-plein. À vingt nœud de vélocité le bateau file le petit bonheur. Je me félicite d'avoir arrisé, sinon nous aurions gîtés inutilement.

Vers midi à environ 20 milles au large de Lake Worth nous sommes abordés par une navette de reconnaissance de la Garde côtière américaine. Un peu angoissant ce genre de rencontre. Cette fois-ci il s'agit d'une opération d'identification. Comme nous sommes des citoyens sans reproche dûment enregistrés, codés, certifiés auprès de ''Big-Brother'' on passe le test sans histoire. Il y avait beaucoup de jeunes à bord, sans doute des cadets en formation. L'interrogatoire se fait par radio VHF sans que nous réduisions l'allure. La navette nous escortant à quelques mètres sur bâbord.

Nous arrivons en fin d'après-midi à Lake Worth. Nous ferons les douanes le lendemain et allons par la suite jeter la pioche dans un petit havre bien tranquille à 5 miles au nord. Après ce repos de quelques jours nous partons au matin par la mer pour Fort Pierce. Nous sortons en mer par l'inlet de Fort Pierce par une belle journée de navigation (40mn) sans histoire en logeant la côte par vent favorable de l'ouest.

Nous passons la nuit au mouillage au sud de l'inlet, c'est bien protégé mais beaucoup de courant. Le lendemain petite journée par l'ICW vers Vero Beach, où nous séjournerons une nuit. La suite du périple se fera sans pépin ou ''presque'' par l'ICW jusqu'à Saint-Augustine en trois étape d'une journée. Soit Vero Beach-Cocoa Beach, Cocoa Beach-Daytona et Daytona- St-Augustine. Cela fait 50 milles nautiques par jour, 10 heures par jour à cinq nœuds de moyenne. La flottille doit se dissoudre nos copains filent vers le nord, destination Lac Champlain. Il faut beaucoup ''d'atomes crochus'' entre les équipages pour que la flottille tienne. Ce fut formidable de naviguer ensemble, de nouveaux amis pour la vie.

Incidemment, voici le récit du ''presque''. À la hauteur de l'Inlet de Ponce de Léon, dans le village de New-Smirna Beach on échoue à la bouée rouge 18 A. La ''garce'' est d'ailleurs très connue. Il faut dire à notre décharge que la section de l'ICW à cet endroit est très étroite et que par un beau dimanche ensoleillé de fin d'après-midi il y a beaucoup de bateaux qui négocient le passage. Nous étions donc dans le gros traffic à marée basse descendante avec un courant dans le dos de 6 nœuds. On a creusé un beau sillon je peux vous le dire. Nous étions bien pris, impossible de s'en sortir seul. Nous contactons ''TowBoat US'' . Nous sommes membres, Dieu soit loué. En vingt minutes, ils sont là, même par un dimanche très achalandé. Le temps d'attraper la grosse amarre de touée, de la nouer au taquet et nous sommes tirés d'affaire. Trois cents chevaux sur un petit yacht de 22 pieds, c'est fort en ''ta''. Une mésaventure qui se résoud en une demi-heure à peine. Nous sommes ravis et un peu éberlués par notre chance et l'efficacité des ''Amaricains''.

Nous ferons le reste du parcours en deux jours, Saint-Augustine-Jacksonville, Jacksonville-GreenCove. Lorsque nous avons le courant de marée avec nous pour négocier le Fleuve St-John ça va tout seul comme ce fut le cas. Dans le cas contraire, c'est l'enfer. C'est qu'il est fort ce courant. Il est digne d'un fleuve c'est le cas de le dire.

Nous sommes amarrés au quai de Green Cove pendant deux jours. Nous serons sortis de l'eau vendredi le 15 avril et une semaine plus tard serons prêts pour le retour au Nord. Et ce, après avoir sorti ma transmission pour un ''reconditionnement'', démonter le safran pour une soudure, sorti le réservoir de fuel auxillaire pour soudure aussi, démonter les voiles, vider, nettoyer, préparer bateau  pour son sommeil d'été, charger le ''trailer'' et le ''campeur'' de tous nos effets. Bref un gros mois qui s'achève. Nous sommes fourbus et sommes bien heureux de prendre la route. On va se reposer :-)

Pour les ''ceuses'' que ça intéressent, je me propose de faire un blog-conclusion après celui-ci. Ce sera un bilan de la saison avec entre autre au menue ce que nous avons appris sur la conduite de notre voilier.

Quelques photos suivent comme d'habitude.

Merci de votre intérêt.

Lucie et Michel


Tous les jours à Nassau il y a ces paquebots remplis de touristes qui viennent dépenser dans la ville. C'est la ''vache à lait'' du pays.

Lucie et des membres de la flottille qui se détendent dans un lieu assez particulier. C'est une tranchée creusée de main d'homme dans le socle de corail de Nassau. Les blocs découpés ont servis entre autre à la construction des fortifications de l'Île pour se défendre des envahisseurs de tous poils.

Le voilier Gienah un Sunshine 36 

Et son valeureux équipage Francine et Pierre

Le voilier Pierre-Hélène, un solide cotre d'acier de 38 pieds

Et son équipage Yves (la calotte), en temps normal, navigateur solitaire et son bove Normand, compagnon de voyage pour une semaine.

Il y a tout juste un siècle l'Île de New-Providence où est situé Nassau était recouvert de ces magnifiques arbres

Où l'on peut voir ici que la nature est là qui veille! Pour reprendre, ses droits...

Voici la bestiole dans les ''Counch'' que l'on découpe devant nous avec dextérité.

Une partie de la flottille sur la ligne de départ à White Cay dans les Berrys.

Et un beau 50 pieds toujours à White Cay, heureusement hors compétition

Un soleil à Lunette ou à Moustache, c'est selon et dans les deux cas assez rares


Green Cove Springs Marina avec ici,une vue partiel de l'espace réservée pour les travaux sur les bateaux

Green Cove était aux moments de la dernière grande guerre, le chantier naval américain où l'on construisait les ''PT Boat''. Ici, on voit au loin, l'enfilade des quais où ils étaient lancés
 
Ce qu'avait l'air sur la route mon chargement de retour 2016

Du ''stock'' en-dessous

et au-dessus. C'est fou ce qu'on peut y mettre...pour occuper le bonhomme cet été :-)

1 commentaire:

  1. Ouin! Finalement c'est pas r'posant faire d'la voile :) Bravo! Beau condensé. Tu me feras dans les détails devant une consommation, bientôt j'espère. À plus

    RépondreSupprimer